Arnaud Kuroswki

L’Edge Computing a le vent en poupe !

Tribune libre de Arnaud Kurowski, Business Manager Stratus Technologies France.

Une étude sur les tendances de l’Edge Computing en Europe révèle que les utilisateurs finaux voient l’avenir de l’Edge Computing avec optimisme et perçoivent cette technologie comme une avancée majeure pour les environnements de processus et de production.

C’est un fait, l’Edge Computing gagne du terrain dans l’industrie. Son adoption progressive découle des nombreux bénéfices qu’elle apporte aux industriels, parmi lesquels sa capacité à collecter et analyser les données au plus proche des processus industriels, réduisant ainsi les temps de latence et les coûts pour une performance accrue.

L’une des avancées les plus significatives depuis 30 ans

En matière d’informatique industrielle, l’Edge Computing constitue l’avancée la plus significative depuis l’apparition des systèmes SCADA il y a 30 ans. Généralement, les ressources informatiques (des passerelles aux appareils polyvalents, en passant par les ordinateurs) sont disposées en périphérie afin d’alléger les contraintes ou les latences inhérentes, améliorer la sécurité et la fiabilité des systèmes. Ces ressources informatiques situées en périphérie (the edge) peuvent filtrer ou traiter les données de façon à ne transmettre que ce qui est nécessaire aux systèmes de contrôle de la production, aux systèmes d’entreprise et au cloud.

Des atouts qui n’ont pas échappé aux entreprises puisque selon l’étude, plus de la moitié des répondants s’intéressent de près à cette technologie et déclarent évaluer ou planifier activement des applications d’Edge Computing.

Trois cas d’usage les plus mentionnés

La détection des défaillances des appareils, le contrôle avancé des processus et les contrôles qualité arrivent en tête des cas d’usage mentionnés par les répondants. A noter qu’aux Etats-Unis, les répondants ont privilégié la performance des actifs au contrôle qualité. Quel rôle peut jouer la technologie d’Edge Computing dans ces trois cas d’application ?

  • La détection des défaillances des appareils. De plus en plus de logiciels, d’applications et de données sont directement traités par un serveur Edge afin notamment, de gagner en puissance de calcul et de réduire la latence du traitement de l’information. Le recours à des solutions Edge redondantes est indispensable pour assurer la sécurité des données qui seront ensuite envoyées dans le cloud.
  • Le contrôle avancé des processus implique un nombre plus ou moins significatif de capteurs intelligents. Or, ceux-ci ne peuvent être tous connectés au cloud pour trois raisons principales : temps de réponse allongé entre le serveur et la machine, puissance de calcul importante ce qui peut augmenter la consommation d’énergie de façon significative et enfin, le coût des capacités de stockage.
  • Le taux de rendement synthétique est un indicateur pertinent pour mesurer la performance industrielle, calculé en fonction de différents paramètres, tels que le taux de disponibilité, des équipements par exemple, et le taux de performance, influencé par les arrêts de production notamment. Résiliant aux pannes, l’Edge garantit la disponibilité continue des applications, ce qui participe de fait, à l’amélioration de la qualité.

L’Edge Computing démontre sa capacité à accompagner la transformation de l’outil de production vers l’industrie 4.O, qui offre un environnement plus efficient, performant et agile, mais où le traitement du volume des données en constante augmentation sera l’un des enjeux clés.

Comments are closed.